La photo du jour

DSCN4292.JPG

Diaporama des volcans

Le volcan qui dort ... que d'un oeil PDF Imprimer
Dimanche, 19 Juillet 2009 02:20

Partout ça sent le soufre, et ça c'est pour ceux qui savent ce que sent le soufre ! Pour les autres, c'est une bonne odeur d'oeuf pourri...

 

qui ne donne pas vraiment envie de se mettre à table.

YellowSone n'est pas seuleument un parc national Américain, mais c'est aussi un volcan et quel volcan ! Il cumule tous les superlatifs et c'est pour cette raison qu'il est nommé "super volcan".

Les 2/3 des geysers de la planéte sont concentrés ici. La dernière éruption a eu lieu il y a environ 640 000 ans et une caldeira s'est formée à l'emplacement actuel du parc. Cette caldeira résultant de l'effondrement de la chambre magmatique du volcan a une dimension de 45 km par 85 km (la moitié de la surface de la corse) et on peut tenter d'imaginer les conséquences d'une forte explosion à nouveau que les experts prédisent avec certitude à plus ou moins long terme.

Ces mêmes experts pensent également que, quand le volcan se mettra à cracher, il projetera dans l'atmosphère terrestre assez de débris et de poussières et de cendre pour plonger dans le noir une partie de notre planéte pendant plusieurs mois.

Dans un tel cas, plus de plante, et si plus de plante, plus d'animaux, y compris l'espéce humaine (Brrrrr, ça fait froid dans le dos !), à moins qu'un Will Smith ou qu'un Bruce Willis arborant la banniére étoilée ne vole au secours de la terre à bord d'un aspirateur géant fabriqué par Boeing Aviation ou par General Electric.

L'activité volcanique est caractérisée principalements par les sources chaudes omniprésentes qui dégagent des fumerolles et des volutes de fumées, superbes au petit matin avec les bisons au premier plan.

Ca bouillonne, ça clapotte de partout, de l'eau chaude, de la boue chaude, de l'acide, avec des couleurs incroyables dans les tons de bleu, ocre, orange, vert; couleur des bactéries issues de l'alchimie en perpétulle activité sur ces lieux.

Quelquefois le trou est si profond, si limpide, si bleu, qu'on aurait presque envie de s'y baigner ... drapeau rouge, il n'y a jamais de surveillant de baignade !

A d'autres endroits, c'est de la boue qui forme d'étranges ronds concentriques (gloup, gloup !). Dans les zones d'activité intense, le paysage est désolé, les coniféres ne poussent plus, ou alors de façon sporadique (pourtant, les sapins ça poussent plutôt bien et quelquefois sur des sols très acides). Les couleurs se mélangent avec les fumées. S'il n'y avait pas les passerelles de bois pour se ballader dans ces paysages désolés, je n'y mettrais pas les pieds : terrain miné ! A tout moment on peut se faire doucher gratis à 80°C minimum avec un brin d'acide, ça décoiffe !

Ailleurs se sont des pans entiers de montagne où se mélent reliefs torturés et couleurs, véritables oeuvres d'artistes titanesques (j'ai rien inventé, les lieux se nomment "Artist point" ou encore "Artist Pots").

Partout c'est maqique, on en redemande, on aime.

 

Commentaires 

 
#1 loulou de chez olive    20-07-2009 21:21 Quel énorme surprise d'apprendre que j'avais côtoyé un vulcanologue pendant des années sans le savoir. Au début de l'article "Ca sent le souffre", je me suis dit : voilà l'oenologue qui reprend le dessus et qui va nous faire un cours sur le sulfitage en Bourgogne. Je m'étais trompé. Mille excuses Ô grand disciple d'Haroun et bon vent.